LA RENCONTRE !

Le samedi 18 mai 2019 s’est tenu ce rendez-vous désormais traditionnel pour les mouvements et associations de fidèles.

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un temps qui permet à des membres de mouvements et groupes d’Eglise du diocèse de se rencontrer, se découvrir parfois, de partager entre eux avec leurs sensibilités et spiritualités différentes.

Mais peut-être est-il judicieux d’éclairer ici ce que l’on entend par « mouvements et associations de fidèles »… ? . Voici ce qui en est dit sur le site de l’Eglise Catholique en France (https://eglise.catholique.fr/guide-eglise-catholique-france/mouvements-associations-de-fideles/)

« De nombreux catholiques se regroupent en associations, mouvements d’apostolat ou communautés. Appartenir à une de ces associations est une manière de participer à la mission de l’Église.
Certaines de ces associations ont une longue histoire, d’autres se sont constituées plus récemment. L’expression « apostolat des laïcs  » désigne ce phénomène associatif dans l’Eglise catholique.

Ces associations sont diverses parce que les dons de l’Esprit (charismes) sont multiples. Chacune d’entre elles développe, avec des objectifs et des pédagogies propres, un aspect particulier de la mission de l’Église en fonction d’un groupe social, d’un aspect de la vie ou d’une tradition spirituelle : l’éducation, la formation, les enfants et jeunes, la famille, la spiritualité, la solidarité, la santé, la vie économique et professionnelle, la culture. »

 

Pour revenir à « La rencontre », elle a rassemblé des personnes du monde rural, ouvrier, des quartiers populaires, des jeunes et des adultes, des engagés dans des mouvements de spiritualité et de prière, et encore dans des communautés dites « nouvelles ». Une belle diversité qui nous montre combien l’Esprit Saint souffle où il veut, et combien Dieu se rend présent au monde en rejoignant chacun dans sa réalité de vie et sa sensibilité propre.

Nos rencontres au cours de cette journée ont eu pour support l’encyclique du Pape François « Laudato Si ». Pas de grands discours, mais dans la sobriété (cf Laudato Si !), nous avons reçu quelques messages de l’encyclique sur diaporama et deux courts témoignages : Marie-Thérèse qui explique que « la rencontre avec Dieu a fait d’elle une femme libre », et cette liberté fait son bonheur alors même qu’elle vit au quotidien la dépendance qu’implique son handicap ; Gérard a raconté comment la contemplation de la nature du haut d’une montagne et la pertinence de son fils l’ont arraché à la dépendance au tabac.

Un premier temps d’échanges a permis d’exprimer et d’entendre comment les uns et les autres, personnellement et dans leur groupe, ont reçu cette lettre du Pape et comment nous nous en sommes saisis : une attention particulière à l’utilisation de l’eau, et la récupération de celle que nous faisons couler juste pour attendre qu’elle chauffe, la vigilance sur les choix alimentaires et sur le gaspillage, mais aussi le développement de liens de voisinage, prendre du recul par rapport à la publicité et réfléchir notre manière de consommer… Autant d’attitudes à la fois bien banales et petites par rapport à l’enjeu, mais, je cite un groupe : « Toutes ces attentions redonnent du sens ; le moindre petit geste prend sens dans la vie ensemble » … « Tout est lié » : ça, c’est le Pape qui le dit ! Et puis…se rendre compte du nombre de ces « petits » gestes posés, leur donne de l’ampleur. Tout à coup, ma propre action n’est plus insignifiante puisqu’elle vient gonfler un mouvement d’ensemble.

Le bonheur dans la relation avec les autres, la sobriété, et la proximité avec la création qui nous est offerte, nous l’avons expérimenté l’après midi en vivant l’un de ces ateliers : « Marcher en chantant » (une invitation dans l’encyclique, que nous avons prise au mot !) ; « Contempler » (un arbre… quelle richesse !) ; « Composer » des ensembles floraux (qui ont fleuri la chapelle, où nous avons partagé l’eucharistie).

Quelques réactions des participants à la contemplation d’un arbre :

« - je ne savais pas qu'on pouvait dire autant sur un arbre

- un sentiment de paix

- on a regardé les choses en profondeur

- une forme d'éternité 

-il faut oser s'approcher, toucher et sentir l'arbre pour ressentir des vibrations »

 

Monseigneur Dollmann a célébré l’Eucharistie par laquelle ensemble nous avons rendu grâce à Dieu de cette belle journée, enrichissante et ressourçante : « Sois loué, Seigneur, pour ta grandeur ! Sois loué pour tous tes bienfaits ! »

Article publié par Délégué épiscopal aux mouvements et associations de fidèles • Publié Mardi 28 mai 2019 • 347 visites

keyboard_arrow_up